Imagerie satellite, tsunami et Fukushima

Un an après le séisme et le tsunami sur la côte-est du Japon, le satellite Pléiades, opéré par Astrium Services, intervient en très haute résolution sur la centrale nucléaire de Fukushima.
 

Pléiades et le suivi du déblaiement

Acquise presque un an après l’accident, l’image Pléiades du 18 janvier 2012 rend compte des travaux en cours sur un site devenu hostile à l’homme. Le toit du réacteur N°1 qui avait été soufflé est recouvert d’une structure blanche. La toiture de l’enceinte du réacteur n°2 n’a pas eu dégâts. Les déblaiements sur les enceintes de confinements n°3 et n°4 continuent à l’aide de grues rouges. Les poutrelles métalliques des toitures sont visibles : explosées pour le n°3, incendiées pour le n°4.

Dès l’annonce du tremblement de terre au Japon le 11 Mars 2011 et du tsunami qui a suivi, l'ensemble de la constellation satellite opérée par Astrium Services a été mobilisé pour aider les interventions d'urgence sur toutes les zones affectées.
 

Spot 5 en urgence

Le satellite Spot 5 a acquis le 12 mars et le 13 mars les 400 km de côte touchée par le séisme et par le tsunami.
 
Ces images satellites couvrent la ville de Sendai et trois centrales nucléaires.
 
Elles ont été mises à disposition de la communauté scientifique internationale.

Sendai, la ville dévastée, et Go Monitor

Go Monitor, le service de surveillance par satellite de zones stratégiques, a observé quotidiennement pendant sept jours la ville de Sendai (1 million d’habitants) dévastée par le séisme et le tsunami.
 
Les experts d'Astrium ont produit leurs analyses à partir d’images à 2 mètres de résolution du satellite FORMOSAT-2. Les rapports quotidiens ont été mis gratuitement à la disposition de la communauté des utilisateurs sur https://www.go-monitor.com.

TerraSAR-X, inventaire et évaluation géophysique

Le satellite radar TerraSAR-X a retransmis pendant trois mois des données aux stations de réception en Europe et au Japon pour évaluer les dégâts et suivre les évolutions autour de la ville de Sendai.
 
Adaptées pour les évaluations géophysiques post-sismiques, ces données ont été mises à disposition de PASCO, notre partenaire japonais, qui les utilise pour évaluer les dégâts et suivre les évolutions.

Voir aussi...

Imagerie satellite, tsunami et Fukushima